Coexistence(s)

Coexistence(s), un projet photographique autour des dalles Beaugrenelle et Olympiades (Paris).

Tous les matins, tous les soirs, tous les jours de la semaine, les dalles Beaugrenelle et Olympiades sont le théâtre de ceux qui les font exister. Certains y travaillent, d’autres y vivent, ou n’y font que passer.

Tous les matins, en allant à la tour 2 où il travaille comme informaticien, Gérard croise Franck qui amène ses enfants à la crèche, entre les tours 7 et 9. Avant de commencer sa journée d’architecte, Nathalie va prendre un café au pied de la tour 1, où Mélanie sert les clients les plus matinaux. Marie et Antoine prennent leur pause cigarette au même moment, l’un devant l’entrée de la tour 3 et l’autre devant la 4. Manon, dont les cours universitaires ont lieu dans la tour 8, voit par les fenêtres de sa salle de classe l’avancement des travaux publics où s’échine Pierre…

Tous les matins, tous les soirs, tous les jours de la semaine, ces gens qui travaillent, vivent et passent par les dalles, se croisent sans un regard.

En une série de dix photographies, j’ai voulu suggérer la cohabitation de ces êtres en un même lieu. Ces images tirées en petit format, sèment le doute de par leur construction : en s’approchant, le spectateur prendra rapidement conscience qu’il ne s’agit que d’une seule image rassemblant en une seule prise de vue deux espaces, en un faux diptyque trompeur. Par ailleurs, dans ces dix photographies, ni ciel, ni sol : le spectateur est alors libre d’imaginer toutes ces vies qui cohabitent et cohabiteront tant que ces tours seront debout.

Car même si ces gens qui travaillent, vivent et passent par les dalles, ne font que se croiser, ils font bel et bien la vie des dalles Beaugrenelle et Olympiades.

.

..

.

..

.